Instagram a détruit le tourisme traditionnel

Classé dans : Non classé | 0

En 2009, moins de 1 000 étrangers avaient fait le trajet de dix heures jusqu’à un point de vue éloigné du sud-est de la Norvège, que les habitants surnommaient « Trolltunga » (littéralement « langue de troll »). Il n’y avait pas de files d’attente, pas de hashtags. La 4G n’existait pas encore et, même si elle existait déjà, vous ne pourriez pas y accéder dans cette partie reculée du monde.

C’était juste une belle vue, donnant sur un lac.

Vers la même époque, deux jeunes ex-employés de Google mettaient la dernière pierre à une application de recommandation de lieu appelée « Burbn ». Ils affineront ensuite le produit pour se concentrer sur le partage de photos et le renommeront « Instagram ».

Dix ans plus tard, cette start-up technologique compte plus de 800 millions utilisateurs, les entreprises l’utilisent pour générer des revenus, (voir plus de détails sur Instagram professionnel sur kenoby.fr) et d’autres partagent leurs photos de vacances ici. Des dizaines de milliers d’Instagrammer ont visité Trolltunga l’année dernière pour avoir une photo et la publier sur Instagram. Il n’est pas exagéré de dire que l’application a modifié la façon de voyager, en particulier chez les millénaires.

Rappel des faits : bon nombre des destinations les plus Instagramable du monde était déjà sur la carte avant le lancement de l’application. La tour Eiffel, Central Park et le Blue Lagoon d’Islande (qui comptent parmi les sites les plus « grammés ») ne sont pas vraiment des nouveaux venus sur le circuit touristique. Mais quelques sites, tels que Trolltunga, ont connu une ascension astronomique en popularité depuis la publication d’Instagram en 2010.

Certains soutiennent que ce n’est pas une bonne chose. Justin Francis de « Responsible Travel » a déclaré à Telegraph Travel : « Une belle photo doit résulter d’une expérience merveilleuse, et n’est pas un but a atteindre. Le voyage est en train de changer. Il s’agit davantage de créer des marques personnelles via les médias sociaux que rechercher des expériences qui enrichissent la vie des gens. Le désir de prendre la même photo emblématique que votre célébrité ou influenceur préféré contribue également au surtourisme, qui rend les lieux moins agréables pour les résidents comme pour les autres voyageurs. »